Ce soir, il n’y a rien dans le poste, ou presque, excepté deux films que j’affectionne tout particulièrement 

ARTE – 20h55 – La maison du docteur Edwardes 

La maison du docteur Edwardes (titre anglais : Spellbound) est un film américain de 1945 réalisé par Alfred Hitckock et mettant en scène notamment Ingrid Bergman et Gregory Peck.

Pour ce qui est de l’histoire, Constance Petersen (Ingrid Bergman) est psychiatre dans un asile psychiatrique dont la direction, assurée précédemment par le docteur Murchinson (Leo G. Carrol), vient d’être reprise par le docteur Edwardes (Gregory Peck).  Constance tombe amoureuse du docteur Edwardes qui s’avère être un imposteur et un malade amnésique interné dans l’hôpital où elle est médecin. 

Comme on est chez Hitchcock, il y a forcément un truc pas net qui tient en la disparition du docteur Murchinson. Le faux docteur Edwardes – qui s’appelle en fait John Ballentyne est accusé. Constance cherche à l’innocenter. 

De là débute une exploration psychiatrique sur base de traces de fourchettes et de toboggan, avec une représentation onirique sous-jacente signée Salvador Dali.

Ca n’est pas le meilleur film de l’univers mais ça se laisse regarder.

TCM Cinéma – 23h10 – L’Homme des Hautes Plaines

L’homme des Hautes Plaines (High Plains Drifter) est le deuxième film de Clint Eastwood en qualité de réalisateur… et ça poutre ! 

Après le mi-mielleux, mi-pseudo-mainstream « un frisson dans la nuit », Clint Eastwood fait claquer un presque Sergio Leone dès l’année 1973 avec ce western austère, brutal au style épuré. L’homme des Hautes Plaines achève de poser la « ligne Clint Eastwood » et ses personnages de justiciers inflexibles et solitaires.

A lire aussi
Le déroulé de Game of Thrones Saison 8 épisode 1

Le résumé maintenant : Un étranger (Clint Eastwood alias Jim Duncan) débarque à Lago, un bled paumé en Californie à la fin du 19ème siècle.

Alors qu’il a soif et qu’il se rince le gosier accoudé au comptoir, 3 types lui cherchent des noises. Dérangé en pleine détente, il descend les malotrus.

Paniqués, les habitants craignant les représailles à venir des amis des trois nouveaux macchabées embauchent l’étranger comme shérif pour les recevoir. Jim Duncan demande les pleins pouvoirs avant d’accepter la fonction, qu’il obtient. 

Laisser un commentaire