Qu’ont en commun les navires Olympic, Britannic et Titanic excepté les fins de nom en IC ?

Qu'ont en commun les navires Olympic, Britannic et Titanic excepté les fins de nom en IC ? 1

L’Olympic, le Britannic et le Titanic sont tous les trois des navires transatlantiques ayant appartenu à la compagnie maritime White Star Line, dont le siège social était basé à Liverpool, en Angleterre.

L’Olympic a navigué de 1911 à 1934, le Britannic de 1914 à 1916 et le célèbre Titanic de 1912 à… 1912.

Ces trois paquebots ont connu soit une avarie majeure, soit une fin tragique.

L’Olympic d’abord. Le 20 septembre 1911, alors que le navire sort du port de Southampton, il manque de couler en raison d’une collision avec le croiseur Britannique HMS Hawke.

Le 15 avril 1912, le RMS Titanic connaît le sort que l’on sait et sombre après avoir percuté un iceberg sur la route Southampton – New York en ne laissant que 703 survivants sur les 2223 passagers qu’il comptait.

Puis, le 21 novembre 1916, c’est au tour du Britannic de couler après avoir heurté une mine en mer Egée en pleine première guerre mondiale, alors qu’il avait été réquisitionné par l’armée.

Lors de ces 3 incidents, une personne était présente : Violet Jessop, l’infirmière de bord.

En 1911, Violet Jessop était en poste sur l’Olympic lors de la collision.

Idem en 1912 sur le Titanic dont elle est l’une des rares rescapées.

Et rebelotte en 1916, où elle réchappe une nouvelle fois à la mort ce qui lui a permis de continuer sa carrière dans la marine avant de décéder, sur la terre ferme, d’une broncho-pneumonie en 1971.

Quand a volé le premier avion à réaction ?

Quand a volé le premier avion à réaction ? 2

Le tout premier avion à réaction était allemand.

Il s’agissait du prototype HE-178 de la société Heinkel.

D’une envergure de 7,09 mètres, une longueur de 7,48 mètres pour 1620 kg, l’avion s’est envolé pour la première fois le 27 août 1939, cinq jours exactement avant l’invasion de la Pologne par les troupes allemandes.

Il a atteint la vitesse record – pour l’époque – de 598 km/h lors des 6 minutes du vol, à une altitude d’environ 2000 mètres.

Fort heureusement, ce premier succès de l’aviation à réaction n’intéressa pas les officiels allemands qui se concentraient sur la production de bombardiers.

Ce n’est qu’en 1943, alors que le Royaume-Uni travaillait de son côté à la propulsion à réaction que le projet fut ressorti des cartons. Trop tard. Le HE-162, héritié du HE-178, sortit d’usine en 1944 à l’aube de la débâcle allemande.

Les origines du cimetière du Père Lachaise

Les origines du cimetière du Père Lachaise 3

A l’origine du cimetière le plus connu de Paris, le père Lachaise, il y a un jésuite : François d’Aix, seigneur de La Chaise.

Né dans la Loire au château d’Aix, le 25 août 1624, au sein d’une famille de pieux catholiques proches du pouvoir royal, François d’Aix grandit sous l’enseignement de son oncle paternel. Ce tonton, jésuite de son état, guide le petit François vers les belles lettres, la philosophie et la théologie.

C’est ainsi que François d’Aix devient jésuite à son tour. Cela le conduit à enseigner à Lyon, Grenoble et Paris. Là, grâce à son amitié avec le gouverneur de Louis XIV, il devient professeur attitré du roi en 1675. François conservera cette fonction d’ami professeur conseiller du roi jusqu’à son décès le 20 janvier 1709.

Le temps de son séjour parisien, François La Chaise élit domicile dans le marais. Toutefois, il aime à aller se reposer à la campagne, dans le coin de… Belleville, Charonne et Ménilmontant. Sa villégiature est la propriété de Mont-Louis appartenant aux jésuites, un domaine de 17 hectares en friche.

Grâce à l’aide royale, François rénovera les lieux et le domaine. Les habitants lui en sauront gré et attribueront le lieu au « père LaChaise ».

Cette appellation marquera tant les esprits que plus de 50 ans après le décès de François d’Aix, alors que les jésuites ont été expulsés de France (il y avait des gens clairvoyants à l’époque) et que Napoléon Bonaparte a décidé de confier à Alexandre-Théodore Brongniart l’aménagement du grand cimetière de l’Est hors les murs de Paris, le cimetière devient le cimetière du Père-Lachaise.

Qui a créé Superman ?

Qui a créé Superman ? 4

Klark Kent / Kal-El¹ / Superman, fils de Jor-El, est le fruit de l’imagination de Jerry Siegel et Joe Shuster. Les compères se rencontrent dans l’Ohio, en 1930, au lycée de Cleveland.

Tous deux sont juifs immigrés originaires d’Europe de l’Est ; ils se heurtent aux difficultés d’intégration dans une amérique blanche et protestante.

En plus de leurs racines, ils ont également en commun une vraie passion pour la science fiction et la bande dessinée, alors émergente dans cette amérique urbaine et industrielle, et pour laquelle ils excellent.

En 1933, Joe Shuster crée un fanzine intitulé Science Fiction.

Il dessine alors le personnage de Superman, selon un scénario imaginé par Jerry Siegel.

Ce Superman originel n’est alors qu’humain. Un savant fou acquérant des superpouvoirs et cherchant à dominer le monde.

Le succés n’est pas au rendez-vous. Superman rejoint les cartons.

En 1937, le personnage est revu². Il devient gentil, extraterrestre et prompt à défendre l’opprimé.

Ce nouveau Superman hérite des caractéristiques de ses auteurs. Comme eux, il cherche à s’intégrer sans vraiment pouvoir le faire et, comme Shuster, il travaille dans un journal (Shuster a bossé pour son argent de poche pour le Toronto Daily Star en 1924).

Taillé pour le comic, la BD sort en 1938 dans le tout nouveau magazine Action Comics – de l’éditeur Detective Comics Inc. – et rencontre dès lors un succès jamais démenti.

NB : Si vous voulez savoir pourquoi Superman n’a jamais épousé Loïs Lane, c’est par ici.

Notes :

¹ : En hébreu, Kal-El signifie « Ce que Dieu est »

² : Siegel et Shuster présentent la version corrigée du personnage au créateur des comic books, Max Gaines.

Combien de temps a duré la guerre la plus courte de l’histoire

Combien de temps a duré la guerre la plus courte de l'histoire 6

Combien de temps a duré la guerre la plus courte de l'histoire 7La guerre la plus courte de l’histoire s’est déroulée entre le Zanzibar – protectorat anglais – et l’Angleterre deux jours après le décès du Sultan Sayyid Hamid ben Thuwain ben Said, le 27 août 1896, et après que Khaled ben Said, cousin du Sultan tente d’usurper le trône.

C’est l’Amiral Rawson, garant des intérêts britanniques, qui mettra fin à cette situation en bombardant le palais du sultan.

Les combats ont duré… 38 minutes.

Qui a inventé le chocolat au lait

L’invention du chocolat remonte à la fin du XVIIème siècle. On la doit à un médecin irlandais, Sir Hans Sloane.

Né à Killyleag en 1660 dans une famille modeste, Hans Sloane se passionne rapidement pour l’histoire naturelle. Cela le conduit à partir étudier la médecine en Angleterre puis en France.

Au terme de ses études, il s’établit à Londres à Bloomsberry, un quartier résidentiel à la mode.

Le choix de l’emplacement lui apporte une clientèle aristocratique et fortunée, dont la reine Anne et les rois George I et II.

Qui a inventé le chocolat au lait 8

Il faut dire que le docteur Sloane est très innovant pour l’époque. Il pousse à l’usage de la quinine pour traiter la malaria, il est partie prenante dans les nouveaux traitements contre la variole telle que la variolisation (inoculation d’une souche ancienne de variole – résultats très contestables).

Mais il cherche également des moyens d’apporter un mieux être à ses patients.

En 1687, Sir Hans Sloane accompagne le Duc d’Albermarle – nouveau gouverneur – en Jamaïque. Là, il découvre le lait chocolaté – une recette jamaïquaine composée de cacao fraichement broyé, accompagné de cannelle, et bouilli dans du lait – et surtout ses propriétés apaisantes.

Quelques années plus tard, il reprendra la formule à son compte devenant ainsi « l’inventeur » du chocolat au lait.