Quels sont les plus grands échecs commerciaux ?

musee echec commercial

Cliquant par-ci, par là, je suis récemment tombé sur un site recensant les gros flops commerciaux des 40 dernières années, depuis grosso modo la fin des années 70.

En fait, pas tous les échecs, il y en aurait trop sachant que 75% des produits qui sortent sur le marché n’existent plus l’année d’après. Non, juste les plus cuisants. Les produits garants d’innovation ou lancés à grands renforts de pub qui n’ont pas trouvé leur public.

Ce recensement de 70 produits est le fruit d’une exposition temporaire itinérante tournant depuis le 7 juin 2017 ; la première a eu lieu à cette date à Helsinborg en Suède avant d’être présentée à Los Angelès, Shangaï ou encore Paris. L’exposition est assurée par le docteur en psychologie Samuel West. Son site est mis à jour continuellement, au fil des échecs.

On y retrouve :

  • les Google Glass, les lunettes connectées de Google,
  • les lecteurs video Betamax et V2000 qui, bien que supérieurs technologiquement, se sont vus supplantés par supplantés par le VHS ,
  • le we-vibe, ce sextoy permettant de faire du bien à distance à son partenaire souffrant d’un manque de protection de la vie privée, rendant ainsi accessible aux curieux les habitudes sexuelles de ses utilisateurs/trices,
  • la delorean (la bagnole de retour vers le futur) à la caisse en inox et au moteur français souffreteux,
  • mais encore le jeu Trump, proche du monopoly avec toutefois des règles d’une telle complexité que s’en était injouable
  • et bien d’autres.
plus grands échecs commerciaux

Dans cet échantillon représentatif des loupés marketing et commerciaux, j’ai une affection particulière pour la pépite du genre, à la pub savoureuse – l’uroclub sorti en 2008 – dont l’objectif était de se soulager sur le parcours en toute discrétion, paraît-il… il est toujours en vente sur le site uroclub (si, si !)

A lire aussi
Organisation de la hiérarchie des moutons

Toutes ces merveilles sont visible en ligne, avec la petite histoire associée, sur le site Museum of Failure.

Laquelle préférez-vous ?

Laisser un commentaire