Windows 10 permet, depuis 2016, d’installer un sous-système linux sans devoir recourir à une machine virtuelle type virtualbox.

Le Windows WSL (c’est son petit nom pour Windows Subsystem for Linux) nécessite une machine équipée d’un Windows 10 en 64 bits, ce qui se vérifie en allant dans Paramètres -> Système -> Informations système

Vérification OS windows 10 64 bits

Et puis d’une petite préparation, toujours dans les paramètres mais en allant cette fois dans Paramètres -> Mise à jour et sécurité -> Espace développeurs pour y cocher le MODE DEVELOPPEUR.

Une fois que c’est fait, il reste à dire à votre Windows10 qu’il a le droit d’installer un Linux. Pour ça, pressez la touche drapeau et tapez fonctionnalité de manière à mettre en surbrillance Activer ou désactiver les fonctionnalités Windows

acces fonctionnalités windows 10

pour ouvrir la fenêtre en question et cocher la case sous-système pour linux avant de cliquer OK

Comme nous sommes sous windows, considérez que vous redémarrez après cette manip.

Pour la suite, on arrête de se casser la tête (ou presque) en ouvrant le Microsoft Store et en cherchant Linux.

Les principales distributions sont présentes (Ubuntu, Kali, Debian, Suse) en mode ligne de commande. Ca n’est pas la panacée, ça ne permet pas de lancer les applications graphiques (sauf en bidouillant un peu), mais ça permet de lancer des exécutables, de se monter un pseudo serveur et d’avoir un vrai bash.

A lire aussi
171 artistes ne savent pas ce qu'ils font. Ils défendent la réforme européenne du droit d'auteur

Laisser un commentaire